Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Annonces


Enfin, il est là!

-          Maman, tu sais que tu me dois quelque chose ? Ça c’est Mestha.

-          Ah bon ? J’ai dû oublier (Moi)

-          Depuis mon 18ème anniversaire ! Les intérêts en plus ! (Mestha)

-          … (Moi)

 

-          Ce texte - ci je l’aime bien. Il demande juste à être travaillé un peu, ensuite il est bon pour une publication. (Ça c’est Gary Victor, écrivain haïtien lors d’un séminaire sur l’écriture à Port-au-Prince)

-          …(Moi)

 

-          Je partage l’avis de Gary, j’aime bien ce texte moi aussi ! (Ça c’est Marie Alice Théard, lors du même séminaire qui se tenait dans les locaux de sa galerie Festival’Arts à Port-au-Prince)

-          …(Moi)

 

-          Maman, les filles se plaignent que tu es toujours devant ton ordinateur ! (Ça c’est Lady Jo.)

-          Je dois terminer mon rapport de mission ! Je le leur ai expliqué ! (Moi)

-          Tu devrais aussi écrire un livre pour les filles ! Elles adorent les histoires que tu leur racontes tous les soirs quand elles sont avec toi !

-          Ok, ok ça viendra ! (Moi)

 

-          Ouaiiiis super! Aimé, Aimé (Eyengué) maman Alfoncine a promis un texte pour le prochain recueil ! (Ça c’est Liss Kihindou sur la rue des Écoles en sortant de la librairie L’Harmattan après la présentation de Sirène des Sables)

-          On verra, on verra Liss, je suis très paresseuse moi ! (Moi)

 

-          Mais maman Alfoncine pourquoi tu ne publies pas ? (Ça c’est Destinée Doukaga à Paris)

-          J’ai des textes mais je n’ose pas me jeter à l’eau ! (Moi)

 

-          Qu’est-ce que tu fais en ce moment ? (Ça c’est Marie Léontine Tsibinda)

-          J’écris un poème pour un recueil collectif ! (Moi)

-          À quand donc ta propre publication ?

-          Je ne sais pas ! (Moi)

-          Il suffit de t’y mettre ! Une page par jour ! (Marie Léontine)

 

-          Alors, maman Alfoncine, qu’est-ce que tu attends ? (Ça c’est Nathasha Pemba)

-          Je veux le relire encore !(Moi)

-          Allons, vas-y, appuie sur le clic gauche de ta souris et envoie-le !

-          Et, hop c’est parti !

-          Bravo, maman !

 

J’ai sauté dans l’eau alors que je sais à peine nager et que je n’ai pas encore vaincu ma peur des profondeurs ! Ce qui est certain c’est que tous ces commentaires et bien d’autres ont fini par éroder mon indécision.

Le bébé est donc là ! Vous m’avez tenu par la main au moment des contractions de l’accouchement!

Makandal.jpg

Comment ne pas vous remercier tous pour vos encouragements et votre accompagnement?

Que ceux que je n’ai pas cités veuillent bien me pardonner, ma mémoire adore jouer à cache-cache avec moi !

Comme dans la vieille tradition africaine, tant que l’enfant est dans le ventre de la mère, il lui appartient. Une fois l’enfant né, il appartient à la communauté.

Donc, cher lecteur, ce livre vous appartient désormais !

Nyélénga

 

 


16/07/2016
12 Poster un commentaire

Deux nouvelles catégories pour mon blog à partir de la semaine prochaine: Spiritualités et Humeur du Jour!

A partir de la semaine prochaine, il y aura deux nouvelles catégories sur mon blog: Spiritualités et Humeur du Jour!

Vos textes sont les bienvenus!

 

Nyélénga


29/12/2014
2 Poster un commentaire

Unesco. La frite belge au patrimoine culturel de l'humanité ?

Frituur, Friterie, Frit Kot : des mots qui paraissent barbares au touriste qui débarque en Belgique ! Mots pourtant familiers aux Belges et à ceux qui connaissent le Plat Pays ! Et voilà que notre frite nationale se cherche une place au patrimoine mondial de l’humanité.

Friterie à Jette un quartier de Bruxelles.jpg

Friterie à Jette, un quartier de Bruxelles

A votre prochain passage en Belgique, n’oubliez surtout pas de demander votre cornet de frites. Moi je le préfère quand elles sont accompagnées de moules !

Morceaux choisis des journaux qui en parlent :

FINS GOURMETS - La Belgique a annoncé qu'elle allait tenter de faire inscrire sa célèbre frite au patrimoine mondial de l'humanité.

La frite casse la baraque. La baraque à frites sera-t-elle l'un des temples de la culture belge? C'est en tout cas le vœu des autorités du plat pays, qui, toutes langues confondues, ont trouvé en la frite un beau symbole d'union nationale. Et pour cause, la communauté Wallonie-Bruxelles, francophone, et la communauté germanophone s'apprêtent mercredi à emboîter le pas à la Flandre.

L'union nationale derrière la pomme frite. La province néerlandophone a en effet inscrit depuis un an à la liste de son patrimoine immatériel l'inimitable frite belge, cuite dans la graisse de bœuf. Ensemble, les trois communautés ont décidé de porter devant l'Unesco la candidature de la pomme frite au patrimoine culturel de l'humanité. L'idée ambitieuse a d'abord germé dans l'esprit de l'union nationale des frituristes belges. Si elle peut surprendre au premier abord, rien de plus logique finalement, puisque la Belgique a déjà ouvert un musée de la frite, où l'on peut flâner dans la très sérieuse exposition temporaire La pomme de terre et la frite dans les tranchées en 14-18.

Frites belges.jpg

Cornet de frites

Cette annonce intervient à quelques jours du lancement de la quatrième "semaine de la frite", qui aura lieu du 1er au 7 décembre et au cours de laquelle des "cornets de frites" seront distribués gratuitement dans les friteries, (fritkots en néerlandais) et autres baraques à frites du royaume.

Le site de la semaine de la frite invite les Belges, sous le slogan "Tous ensemble pour notre frite belge!", à signer une pétition pour que leur snack préféré rejoigne les cuisines françaises et mexicaines, notamment, parmi les spécialités culinaires classées par l'Unesco, et que la frite rentre ainsi dans l'Histoire belge. Nul doute que les porteurs de la candidature vont surveiller l'avancée du dossier comme l'huile sur le feu. (Texte de Europe 1)

Pour la frite, la Belgique est unie ! Flamands et Wallons ont décider d'associer leurs efforts pour inscrire la frite belge au patrimoine culturel de l'humanité.

Au pays des friteries et des baraques à frites, les autorités francophones et germanophones de Belgique ont décidé d'unir leurs efforts à ceux de leurs homologues flamandes pour défendre la « frite belge » et la faire inscrire par l'Unesco au patrimoine culturel de l'humanité. 

Déjà au patrimoine immatériel, côté flamand

La Flandre, la région néerlandophone du nord du royaume où vivent quelque 6 des 11 millions de Belges, a inscrit depuis un an à la liste de son « patrimoine immatériel » le très populaire plat de pomme de terre cuites dans de l'huile de friture.

La Communauté Wallonie-Bruxelles, l'instance politique qui représente les quelque 4,5 millions de francophones, ainsi que la petite Communauté germanophone, qui rassemble les 70 000 personnes parlant l'allemand dans l'est du pays, « s'apprêtent à faire de même », a indiqué le ministre wallon de l'Agriculture, René Collin.

Rejoindre les cuisines françaises et mexicaines....

Cette annonce intervient à quelques jours du lancement de la quatrième « semaine de la frite », qui aura lieu du 1er au 7 décembre et au cours de laquelle des cornets de frites seront distribués gratuitement dans les friteries, fritkots (en néerlandais) et autres baraques à frites du royaume.

Le site www.semainedelafrite.be invite les Belges, sous le slogan « Tous ensemble pour notre frite belge ! », à signer une pétition pour que leur snack préféré rejoigne les cuisines françaises et mexicaines, notamment, parmi les spécialités culinaires classées par l'Unesco, et que la frite belge rentre ainsi « dans l'Histoire », une fois. (Ouest France)

Les autorités francophones et germanophones de Belgique ont décidé d’unir leurs efforts à ceux de leurs homologues flamandes pour défendre la « frite belge » et la faire inscrire par l’Unesco au patrimoine culturel de l’humanité, ont-elles annoncé mercredi.

Patrimoine immatériel

La Flandre, la région néerlandophone du nord du royaume où vivent quelque 6 des 11 millions de Belges, a inscrit depuis un an à la liste de son « patrimoine immatériel » le très populaire plat de pommes-de-terre cuites dans de l’huile de friture. La Communauté Wallonie-Bruxelles, l’instance politique qui représente les quelque 4,5 millions de francophones, ainsi que la petite Communauté germanophone, qui rassemble les 70.000 personnes parlant l’allemand dans l’est du pays, « s’apprêtent à faire de même », a indiqué le ministre wallon de l’Agriculture, René Collin, cité par l’agence Belga.

queue devant une friterie.jpg

Queue devant une frituur

La semaine de la frite

Cette annonce intervient à quelques jours du lancement de la quatrième « semaine de la frite », qui aura lieu du 1er au 7 décembre et au cours de laquelle des « cornets de frites » seront distribués gratuitement dans les friteries, fritkots (en néerlandais) et autres baraques à frites du royaume.

Le site www.semainedelafrite.be invite les Belges, sous le slogan « Tous ensemble pour notre frite belge! », à signer une pétition pour que leur snack préféré rejoigne les cuisines françaises et mexicaines, notamment, parmi les spécialités culinaires classées par l’Unesco, et que la frite belge rentre ainsi « dans l’Histoire ». (Extrait de Métro)

 

LLK


28/11/2014
2 Poster un commentaire

DECLARATION DE SOUTIEN A ELIE SMITH ET A SA JEUNE SOEUR

 

L'agression contre Elie Smith, journaliste camerounais exerçant au Congo-Brazzaville, n'arrête pas de susciter l'indignation. Je publie ici un message de soutien que j'ai reçu d'une ONG basée à Miami. Courage Elie! La mobilisation se fait un peu partout pour que ce genre d'acte ne se commette plus!

C’est avec une profonde indignation que « Word and Action » (« Parole et Action ») a appris l’agression

dont a été victime le journaliste Elie Smith et le viol perpétré sur sa jeune soeur par des malfaiteurs à Brazzaville (République du Congo).

 

« Word and Action », organisation à but non lucratif dont le siège est situé à Miami (Etats-Unis) qui lute contre les abus sexuels sur les jeunes enfants et les adolescents, tient à exprimer sa solidarité et son soutien envers M. Smith et à condamner, du coup, fermement l’acte barbare et cruel commis contre sa soeur.

 

« Word and Action » souhaite que ce crime ne reste pas impuni et que justice soit faite aux malheureuses

victimes, surtout à l’adolescente. Il y va de l’ntérêt de l’humanité en général et de l’Afrique en particulier.

 

Fait à Miami, le 17 septembre 2014

 

 

Georges Bossous, Jr.

Fondateur/Directeur Exécutif

13018 NE 8th Avenue – North Miami FL, 33161

 Phone:305--‐647--‐8973

Fax: 305--‐203--‐3931

E--‐mail: info@wordandaction.org

--

www.wordandaction.org

 

 


18/09/2014
0 Poster un commentaire