Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Blues, Sourire, Joie à Ottawa

Le soleil s’est accordé un petit répit dans le ciel d’Ottawa. Quelques gouttelettes d’eau (pas de pluie) sont tombées sur les vitres des voitures. Parfois ne suffit-il pas de ces gouttelettes pour que germent certains grains, pour que s’ouvrent certaines fleurs !

Mes pensées étaient chez les Algonquins ! J’écoutais d’une oreille distraite les explications de l’ami Eddy sur la première nation Mohawk. Le téléphone a sonné ! C’était M. Frantz Liautaud, ambassadeur de la République d’Haïti au Canada qui demandait à Eddy de le rencontrer avant 15h à l’ambassade.

Les gouttelettes d’eau continuent de tomber. Nous fonçons vers la gare routière de Greyhound où nous déposons ma fille Mwayé qui doit se rendre à Montréal pour une virée de quelques heures. Nous « larguons » (littéralement) Mwayé et sa cousine Aimée ; puis nous filons vers l’ambassade.

Circulation fluide ! Arrivée à l’ambassade située en plein centre de la ville d’Ottowa !

Bureaux sobres dégageant cette chaleur douillette qui procure une sensation d’aise et de bien-être. Accueil chaleureux de la secrétaire qui nous accompagne jusque dans le bureau de l’ambassadeur.

Sourire radieux de l’ambassadeur Frantz Liautaud qui se souvient de moi, de mon long séjour au Clos dans les Hauts de Turgeau, propriété de la grande famille des Liautaud à Port-au-Prince. Embrassades fraternelles. Joie des retrouvailles amicales. Simplicité des cœurs qui se rencontrent dans l’éclosion d’une amitié enfouie depuis un certain passé ancestral que les gouttelettes d’eau qui tombent sur Ottawa font éclore ! L’esprit du défunt professeur Marcel Gilbert, haïtien longtemps exilé au Congo plane dans cette pièce !

Comme quoi, la diplomatie ne parvient pas toujours à étouffer la vraie nature des gens.  La simplicité d’être et le rayonnement naturel de l’ambassadeur Frantz Liautaud, m’ont fait oublier le blues d’une journée de printemps quand le soleil s’offre une escapade loin du ciel d’Ottawa.

Avec l’esprit de Makaya, de Makandal, de Zinga et de tous les loas Kongo qui ont élu domicile en terre d’Haïti, comment ne pas se sentir poursuivie et habitée à chaque instant par les forces invisibles et irrésistibles de ce singulier petit pays ?

LLK



16/05/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 401 autres membres