Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Causeries en Cuisine: Monoka et les législatives (suite)

  • Allô Alfa ?
  • Oui, Honorable, comment ça va ?
  • C’est de moi que tu te moques, Alfa ? Après toutes ces années de fidèle amitié, c’est aujourd’hui que je te connais !
  • Qu’y a-t-il donc, Honorable, ai-je prononcé un mot déplacé ?
  • Pourquoi m’insultes-tu alors que je viens de passer une nuit terrible dans l’avion : diarrhée, toux, étouffement, brûlures d’estomac ! Je n’ai pas fermé l’œil durant tout le vol ! Je n’ai pas avalé une seule goutte d’eau ! J’atterris à peine. Avant même de récupérer ma valise, je t’appelle, toi mon amie de toujours pour te dire que le « scrotin» était un « scrotin des zombis » et toi, tu m’insultes ?
  • Comment ça je t’insulte ? En partant d’ici tu m’as affirmé que tu allais mettre la « Parenté» en marche et que tu étais déjà élue Honorable Député avant même que le « Scrotin » comme tu dis, ait eu lieu. J’ai attendu tes nouvelles depuis cette dernière conversation ; je me suis même dit qu’ayant accédée à la « Sale » des Grands tu m’avais déjà oubliée. En plus je ne savais pas par quel moyen te joindre, jusqu’à maintenant !
  • Je suis fatiguée Alfa, découragée, déçue ! « Mwen bouké» comme tu as l’habitude de le dire pour me montrer que tu sais parler Créole ! Ces élections étaient vraiment des « scrotins », de vraies élections –cacas, des élections-borlettes, comme on dit là-bas chez tes amis haïtiens. Les dés étaient pipés avant mon départ d’ici. Sur place mon nom avait été barré de la liste des candidats avec un stylo rouge ! Je te dis ROOUUGGE ! C’est-à-dire qu’ils ne se sont même pas donné la peine de masquer leurs « mavuanga », leurs tricheries, leurs tromperies. Ils ont même gardé la caution que j’avais payée ! J’étais la première arrivée au hangar de vote ! Surprise ! Le hangar était désert ! J’ai trouvé seulement deux dames qui m’ont dit que j’étais en retard et que le vote était déjà clos. J’ai ouvert grand les yeux. « Comment ça le vote est déjà clos alors qu’il n’est que 7 heures du matin ? Ils ont voté la nuit ou quoi ? Les hangars de vote devaient s’ouvrir à 7h et demi. Je suis en avance pour m’assurer qu’il n’y aura pas d’irrégularités et vous me dites que le scrotin est clos ? C’est quoi cette magouille-là encore ? » Une des deux dames m’a regardée et m’a répondu que c’était comme ça, point barre ! L’autre dame ne disait rien, se curant les dents avec un « sotchou » (bâtonnet dont se servent les femmes pour se curer les dents) en faisant gicler sa salive juste à quelques mètres de là où je me tenais, pour me signifier que je ne comprenais rien aux réalités de ce pays et que je n’étais rien à leurs yeux. J’ai demandé la liste des candidats, elles m’ont présenté l’unique bulletin qui se trouvait encore dans le hangar ! Puis, elles se sont levées pour me signifier que leur travail était fini et que le « scrotin » était clos. J’ai regardé ma montre, il était exactement 7h30 du matin.  Alfa, tu es là ?
  • Oui, oui je t’écoute !
  • Attends-moi, je récupère ma valise, je saute dans un taxi et je sonne chez toi dans trente minutes !
  • Non, non, non, Monoka, je dois partir à l’hôpital ! Je suggère qu’on se voit plus tard ! Rentre d’abord chez toi et en revenant de l’hôpital je te retrouve chez toi.
  • Non, mais Alfa tu veux ma mort ou quoi ? Il me faut te donner les détails sur comment j’ai été battue sans même avoir participé au scrotin ? Si je ne te raconte pas tout, je ferais une crise cardiaque avant de sortir de cet aéroport. Tiens voilà ma valise. J’arrive, Alfa, j’arrive ! Attends-moi !
  • Wooye ! Sama Ndeye ! Ndeketoyo ! (En langue Wolof : aïe ma mère ! S j'avais su! Ca m'apprendra!)

 LLK

 



03/08/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 399 autres membres