Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Extrait de PETALES DE SANG de Ngugi wa Thiong’o

« Ils traversèrent en silence les cours du village et les chemins entre les divers shambas. Ils surprirent une ou deux voix de mère criant aux enfants : « Dépêche-toi de finir – qu’est-ce que tu avais besoin de tant te goinfrer ? - , les hyènes vont venir te manger. » En dehors de ces voix, et à l’exception des chiens qui ne cessent d’aboyer, la crête était paisible. La tête de Munira bourdonnait de mille questions : qui était Abdulla ? Qui était Karega ? Qui était Wanja ? Que lui voulait-elle donc maintenant ? Il se reprochait d’avoir étouffé leur gaieté par son geste maladroit. Quand ils s’assirent dans l’herbe sur la colline d’Ilmorog, les battements de son cœur chassèrent ses pensées moroses, la chaleur envahit tout son corps tandis que près de lui, dans l’obscurité, il percevait le souffle de sa respiration. De toutes les pensées qui se bousculaient dans son esprit, la seule qu’il parvint à formuler était terre à terre et faisait très bizarre dans la nuit.

—  Je t’ai acheté deux kilos de riz à grains longs, mais je les ai oubliés.

—  Cela ne fait rien, dit-elle d’une voix calme et lointaine, tu pourras me les apporter demain. Et puis tu as eu une visite. Qui est-ce ?

—  C’est étrange ; il y a quelques semaines je vous ai parlé de Siriana, de Chui et de toutes ces choses. Aujourd’hui voilà qu’arrive ce jeune homme qui a été mon élève à Limuru et qui se met à me parler de Siriana, de grève et de Chui. C’est presque la répétition de mon passé. Mais malheureusement il n’a pas terminé son histoire. » 

 

Comprenne qui pourra!

 

Nyélenga.



26/02/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 399 autres membres