Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Ma Mère disait (12)

Ma mère disait: 

 

« De même qu’on ne peut aimer un chien sans aimer ses aboiements, qu’on ne peut aimer un cabri sans aimer ses bêlements, on ne peut aimer un enfant et ne pas aimer le ventre qui l’a porté, le sein qui l’a nourri, la main qui l’a pétri. »

 

Je ne sais pas à quoi elle pensait, ma Mère, en me disant cela !

 

Nyélenga

 



20/09/2017
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 401 autres membres