Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Mayotte, l'Africaine...

Mayotte (appelée Maore en comorien) est une petite île française de l'Océan Indien (376,00 km ²), située dans l'archipel des Comores lui-même localisé dans le canal du Mozambique, plus précisément entre le continent africain et la grande île de Madagascar. Sa population est d’environ 190 000 habitants et la densité de population est de l’ordre de 495,88 habitants au km², ce qui place Mayotte juste après le département d’île de France (en Métropole).

Mayotte est constituée de deux îles principales, Grande-Terre et Petite-Terre, et de plusieurs autres petites îles, dont Pamandzi, Mtsamboro, Mbouzi, Saziley, Choizili et Bandrélé. C'est un département d'Outre-mer (DOM), dont la préfecture est Mamoudzou, la plus grande ville de l'île. Ses habitants sont appelés les Mahorais. L'île avait été vendue à la France le 25 avril 1841 par le sultan Andriantsoly. 

 

Les plus grandes villes de ce département français sont : Mamoudzou, Koungou, Dzaoudzi, Dembéni, Tsingoni, Pamandzi, Bandraboua, Sada, Mtsamboro, Bandrélé, Chirongui, Ouangani, Chiconi, Bouéni, MTsangamouji, Acoua, Kani-Kéli.

L’origine de la population mahoraise se trouverait sur le continent et remonterait jusqu’en Afrique centrale, notamment au Congo.

Laissons donc la parole à M. Saïd Ahamadi, professeur d’histoire géographie, ancien maire de Koungou et voyons ce qu’il nous en dit.

« Le peuplement de l’archipel de Mayotte a commencé vers le 5ème siècle par des Noirs venus d’Afrique communément appelés les Bantous. Ceux-ci se sont éparpillés, (à cause des aléas du domaine bioclimatique très hostile) en petits groupes sur toute l’Afrique méridionale autour des lacs Victoria, Tanganyika, Nyassa, et des fleuves Congo, Kassaï et Zambèze…

Au 7ème siècle, cette population par petits groupes quadrille l’ensemble du territoire mahorais qui constitue alors une mosaïque de chefferies plus ou moins structurées.  Les Mchambaras occupent le littoral de l’extrême nord de l’île Mayotte, et forment le plus important des « royaumes » mahorais. Les Makouas se sont installés au nord dans la valle de Bouyouni non loin de la baie de Longoni. Les Mbochis se répartissent les côtes nord-ouest de la Grande – Terre de Hamjago à Mtsangamouji en passant par Acoua et Mliha. Les Bakongos fondent le village de Kongo devenu aujourd’hui Koungou, située au nord-est à quelques encablures de Mamoudzou (Momojou). Sur l’île Pamandzi, habitée en permanence, les Zend et Makouas se partagent les territoires près du lac de Dziani Dzaha au lieu-dit Polé et de Hantafa au lieu-dit Bagamoyo au nord-ouest pendant que les Mbochis ont fondé les villages actuels de Mtsapéré et de Passamainty (Anpassine Manyiti) –au sable noir-. Ces Mbochis se répartissent aussi toute l côte extrême sud et le sud-est de l’île Mayotte, à partir de Bambo-Est jusqu’à Kani-Kéli. Les Batéké, un autre groupe de ces Bantous, se sont répandus sur la façade maritime du sud-ouest de la Grande-Terre, de Mangajou à Mbouanatsa. 

Vers le 11ème siècle, ces différentes ethnies d’origine bantoue sont en contact avec les navigateurs arabes et persans (musulmans) à la recherche d’esclaves ou d’épices pour leurs contrées de la péninsule arabique ou du Golfe Persique. C’est durant cette période du Moyen Âge que les premiers habitants de Mayotte embrassent l’islam, entraînant ainsi un métissage socioculturel des populations présentes sur l’archipel. »

 



19/04/2017
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 403 autres membres