Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Méditation pour un dimanche ensoleillé et froid

Prière égyptien d’adoration de Rê tiré du « Livre pour Sortir au Jour »  plus connu sous le titre « Livre des morts des anciens égyptiens » qui lui fut attribué par l’égyptologue allemand Karl Richard Lepsius en 1842.

Adoration de Rê quand il se couche dans la montagne de vie. Paroles dites par l’Osiris quand ses mains adorent le disque solaire et qu’il rend hommage aux autres formes :

« Salut à toi, qui t’es reconnu toi-même avant que ta mère ne t’aie créé et aie composé ton nom !

Salut à toi, comme te disent tes yeux quand tu as parcouru le chemin de l’éternité !

Salut à toi, comme te dit ton disque quand il fait monter vers toi la terreur qu’on a de toi, et comme te dit ton ka quand le sceptre de commandement est dans ton poing, ô Atoum !

Salut à toi, comme te dit ton équipage, dont le faucon façonne les images !

Salut à toi, comme disent les adorateurs que sont les gardiens des sanctuaires du ciel !

Salut à toi, comme te dit leur bouche, aux adorateurs, quand ils conduisent, au côté de la barque, sur leur chemin !

Salut à toi, comme te dit ta mère quand elle noue ses bras autour de toi !

Salut à toi, comme te dit le second de la barque du jour quand il regagne sa barque !

Tourne-toi vers moi, Rê, comme tu te tournes à la suite de ton uréus quand elle incendie pour toi tes ennemis !

Tourne-toi vers moi, Rê, comme tu te tournes sur le chemin de l’Occident et que tu implores l’Orient !

Tourne-toi vers moi, Rê, comme se tournent vers moi les rayons de soleil de la barque un jour de chaleur !

Tourne-toi vers moi, Rê, comme tu te tournes vers l’ennemi, sorti de l’œuf !

Tourne-toi vers moi, Rê, comme tu te tournes pour voir quand tu as trouvé qui sort à ta droite !

Tourne-toi vers moi, Rê, comme tu te tournes vers l’âme qui est derrière toi !

Ton blé de Haute Egypte est ta céréale chaque jour, est ton offrande. Ceux qui étaient assis se lèvent pour toi !

Salut à toi, qui te lèves lumineux du lotus, qui resplendis sur la feuille de lotus, dieu qui se purifie lui-même, qui façonne le jour, dont les hommes ignorent le nom, qui traverse le ciel, sans qu’on distingue celui-ci de celui-là, dieu unique, que protège son pouvoir magique, âme vivante qui est à Héliopolis, dispensateur de Maât, qui fait offrande d’elle, qui agit par elle, elle qui l’adore et rend Rê victorieux des ennemis, elle qui rend grâce et qui rend hommage à tous ses principaux noms ! »

Bonne méditation !

Nyélénga.



19/04/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 403 autres membres