Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Nouvelle 1 (suite 5)

Restée seule au bord de l’océan, Tsagni pose la tête sur ses genoux et laisse libre cours à ses larmes en chantonnant :

« - Waa Tâ, waa Tâ, waa Tâ, i Tâ a mbonga mosiga nô yii nga la nda” ? – Père, ô Père, ô Père, à qui me confies-tu dans ces pays lointains ?

« -Waa Mâ, waa Mâ, waa Mâ, i Mâ a mbonga mosiga nô yii nga la nda”- Mère, ô Mère, ô Mère, à qui me confies-tu dans ces pays lointains ? »

Elle entend la voix de sa mère qui vient du fond des eaux salées : « Ma fille, ma fille, je t’avais prévenue, tu ne m’avais pas écoutée ! Vas-y donc qu’on te tue ! Vas-y donc qu’on t’enterre ! »

Puis la voix du père se fit entendre avec la même réponse : « Ma fille, ma fille, je t’avais dit venir, tu as refusé ! Vas-y donc qu’on te tue ! Vas-y donc qu’on t’enterre ! »

Une haute vague s’abattit contre le rocher sur lequel elle est assise ; elle est trempée de la tête aux piedx ! Elle secoue sa chevelure mi sel mi poivre. Elle s’aperçoit qu’une tortue de mer à ses pieds longeant son long cou vers elle et la fixant d’un regard presqu’humain.

« - Monte sur mon dos ! » lui fait la tortue.

« - Mais c’est impossible ! » lui répond-t-elle.

« - Rien n’est impossible ! Monte ! » ordonne la tortue.

Tsagni fait un bond, glisse,  manque de  se cogner la tête contre un des rochers et se retrouve sur la carapace supérieure de la tortue qui, aussitôt se scinde en deux comme pour ouvrir une porte par laquelle Tsagni se retrouve enfermée derrière. Il y fait sombre.

Elle se prend la tête entre les deux mains et pense aux paroles de ses parents. Deux larmes perlent sur ses joues. Elle ferme les yeux et s’endort.

La tortue plonge. Le voyage vers l’Inconnu commence pour Tsagni.



18/05/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 399 autres membres