Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Plus on est nombreux, plus on…!

Deux congolaises, deux camerounais, un canadien et une belge dans une même camionnette ! Cerise sur le gâteau : un GPS qui perd la tête ! On se ferme les oreilles pour ne pas entendre les commentaires qui commencent d’abord calmement avant de se transformer en cris :

-          Non, c’est tout droit qu’il faut aller !

-          Mais, non, à gauche c’est marqué Toronto, on va suivre Toronto !

-          Le GPS montre qu’il faut tourner à droite !

-          Mais voyons, par la droite on entre aux USA !

-          Mais non, après le pont il doit y avoir une route pour les USA et une autre pour Ottawa !

-          Et toi qu’est-ce que tu as entré dans le GPS, comme adresse ?

-          Moi ? J’ai entré Ottawa : si on se trompe ce n’est pas ma faute !

-          Je n’ai pas dit que c’est la faute de quelqu’un !

-          Grand-mère, je veux faire pipi !

-          Grand-mère est ce que je peux avoir de l’eau !

-          MAIS TAISEZ-DONC !

-          Je veux faire pipi !

-          J’ai soif…

-          Ah ah ah ah !

-          Je vous dis de vous taire !

 

En route pour Niagara.JPG

On rigole. On s’engueule. Et on se retrouve devant le poste frontière Canada/ USA ! Et c’est là que quatre membres du groupe s’aperçoivent qu’ils n’ont pas leur passeport ! Mais bien sûr, on venait aux chutes du Niagara ! Pas pour passer aux Etats-Unis !

Impossible de faire demi-tour ! Bloqués ! Il va falloir gérer !

Le policier s’avance. Dési lui explique que nous allons à Ottawa, mais que le GPS nous a induits en erreur ! Le policier répond qu’il doit voir nos passeports ! Qu’à cela ne tienne ! On rassemble nos papiers et on les lui tend. Dési se lance dans des explications :

-          Je n’ai pas mon passeport parce que l’intention n’était pas de sortir du territoire canadien ! Je n’ai que mon permis de conduire !

Le policier disparaît dans son box et revient avec nos papiers en main :

-          Quelle est la nationalité d’Aimée ?

-          Congolaise !

-          Et celle Zola ?

-          Canadienne !

-          Celle de Kéya ?

-          Camerounaise ! Le policier commence à blêmir !

-          Et celle de Mwayé ?

-          Belge !

-          Celle de Valère ?

-          Camerounaise !

-          Celle de A… -il n’arrive pas à prononcer mon nom ; je file à son secours !

-          C’est moi la mère et la grand-mère de tout ce beau monde !

-          Votre nationalité ?

-          Congolaise !

-          Ok ! (Il disparaît encore dans son box puis revient un papier à la main. Il jette un coup d’œil dans notre véhicule, histoire sans doute de se convaincre qu’il n’a pas affaire à des extra-terrestres et que nous sommes tous bien dans le véhicule ! Une famille,  quatre nationalités ! QUELLE FAMILLE ! Là, nos pensées s’envolent vers Grand-Mère, ma Mère à moi qui se serait exclamé QUELLE FAMILLE !!!!!)

-          Venez par ici, finit par dire le policier qui émergeait lentement de sa surprise! Le véhicule redémarre. Le policier nous indique où nous devons nous arrêter ! Je lis sur un panneau : « Welcome To New York ». Une policière passe. Je lui fais signe. Elle s’approche ! Je joue la naïve : «  Sommes-nous ici à New York ? » Elle répond par l’affirmative. Je prends l’avantage de ma séniorité (on est plus indulgent avec les Seniors !) et j’avance :

-          « Le vrai New York ? » Elle écarquille les yeux ! Les passagers dans mon véhicule étouffent leurs protestations contre mon culot, mon audace ou mon semblant d’ignorance ! Devant l’étonnement de l’agent de police, je me rattrape !

-          « Je veux dire ici c’est l’Etat de New York et non pas New York City n’est-ce pas ? » Ouf, elle sourit et confirme ! Derrière moi j’entends des soupirs de soulagement ! Je me dis en moi-même : « Soupirez toujours, vous n’avez pas encore fini avec moi ! ». Je viens d’apercevoir deux policiers en tenue, avec  armes et gilets pare-balles. Je hèle un des deux, celui qui a les bras tatoués. Il avance mais non sans avoir auparavant porter sa main droite à la crosse de son pistolet.

-          - Puis-je vous demander une faveur ? (Les passagers de mon véhicule n’ont qu’un désir, c’est de m’attraper par le cou et de m’étrangler ! J’entends une voix qui vient de l’arrière du véhicule : « Qu’est -ce qu’elle va dire encore ? »)

-          Est-ce que je peux prendre une photo avec vous, Monsieur ? Le policier sourit !

-          C’aurait été avec plaisir Madame, mais nous sommes en uniforme et en tenue de service nous ne pouvons pas nous faire photographier, c’est interdit ! »

-          Ah, ok merci quand même !

-          Bonne route !

Un autre policier vient ouvrir la barrière pour nous faire passer de l’autre côté, du côté canadien !

Retour à la case départ ! La tension a cédé la place à la bonne humeur ! Chacun y va de ses commentaires sur moi ! Moi je joue le sphinx ! Disons LA Sphinx !

Unanimité dans le véhicule : cette fois on va suivre la direction de Toronto sans aucune hésitation !

retour vers Toronto.JPG

A l’arrière, les tout-petits entonnent un chant du fleuve que je leur ai appris il y a quelques jours : « Olèlè, olèlè moliba makasi ! » ( Oh lélé oh lélé que le courant du fleuve est puissant ! »

Eh oui le courant du Niagara est puissant ! Celui des rapides du fleuve Congo n’est pas faible !!!

Nyélénga

 



18/05/2015
5 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 399 autres membres