Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Metronomy de Charlie L

Charlie L est une de ces belles âmes que le destin place sur notre chemin! Merveilleuse rencontre que la nôtre, la mienne avec cette jeune autrice rencontrée par la magie du Net.

 

Présentation du livre Metronomy de Charlie: Quand la vie ne vous fait aucun cadeau, il est difficile de croire à cette main que l'on vous tend.

Sa passion pour la musique et plus particulièrement son violon attire l'attention d'un agent.

Lorsqu'il propose à Rebecka un contrat des plus surprenants, elle y voit l'occasion de sortir enfin la tête de l'eau.

Elle intègre le groupe des From North to South, alors que certains de ses membres n'y voient aucun intérêt.

Difficile dans ce contexte de se faire une place pour mener à bien sa mission.

Entre amitiés, manigances et faux semblants, Rebecka réussira-t-elle à propulser les garçons sous les feux des projecteurs?

Arrivera-t-elle à faire face dans ce nouveau milieu dont elle ne connaît pas les codes?

 

Morceau choisi: La première chose à laquelle je pense ce matin, c'est à ma galère d'hier. Je ne veux plus jamais revivre un tel épisode. Mon premier arrêt en arrivant sera pour le bureau de Georges. Je n'osais pas lui demander une avance sur salaire, mais là, c'est vital. Ne pouvant plus passer autant de temps dans le métro qu'avant pour gagner de quoi payer mon loyer, je suis bien obligée de demander de l'aide.

En arrivant chez VMI, je me dirige donc vers l'antre du manager. Il est déjà là, à l'inverse des garçons qui ne vont débarquer que dans une demi-heure.

 

- Bonjours Georges, dis-je en passant la porte. J'aurais besoin d'un service.

- Rebecka! me salue-t-il à son tour. Bien sûr, en quoi puis-je t'aider?

- Je sais que je ne suis pas là depuis longtemps, mais il me faudrait une avance sur mon salaire de ce mois-ci.

 

Georges se redresse sur son fauteuil et place les deux coudes sur le bureau en croisant ses doigts. C'est tout à fait le genre d'attitude qui vous pousse à vous interroger si vous avez bien fait de poser la question.

 

- Ma chère, pourquoi es-tu gênée de me demander ça? s'enquiert-il, conciliant. Tu sais que je suis au courant de ta situation. Pour être honnête, je m'attendais à te voir plus tôt.

 

Je suis surprise par sa réflexion. Comment aurais-je pu oser en faire la demande, alors que je travaille ici depuis moins d'une semaine? Et puis, il est le seul à connaître ma situation, et je ne voulais surtout pas avoir l'air d'abuser.

 

- J'avais anticipé cela, à vrai dire, reprend-il. Voici la moitié du salaire de ce mois-ci. Les garçons semblent bien se faire à ta présence. Surtout Stan...Enfin, là n'est pas mon problème.

 

Sur ces paroles qui me désorientent encore plus, je saisis l'enveloppe qu'il me tend. Une vague de soulagement s'empare de moi. Je vais pouvoir payer mon loyer, rembourser une partie de mon prêt, et peut-être qu'il me restera de quoi manger un peu plus correctement pour le mois entier. Un poids vient réellement de s'enlever de mes épaules. Je suis devenue légère. Un sourire s'étire sur mes lèvres. Le soulagement m'envahit et c'est une bouffée de gratitude qui me submerge. (p.139-140)

 

 

 

 


10/09/2020
1 Poster un commentaire

Nous ne trahirons pas le poème de Rodney Saint-Eloi

Malgré ses multiples activités académiques, éditoriales, sociales,  "Compagnon des Arts et des Lettres du Québec"...Rodney Saint-Eloi, fils de Cavaillon (Sud d'Haïti)  vivant au Canada, ne trahira ni le poème ni cette terre d'Ayiti qui l'a porté et qu'il porte partout où il pose ses pieds.

 

" parler à nos fissures

sur le ton familier de nos deuils

comme on attend le dernier train

comme on tète nos plaies à la cuisine

ambiance monochrome des soupers

en psalmodie le cantique de david

pour donner aux entailles un cahier de charge

on trouvera les mots et les dieux

pour pardonner à nos déroutes

on écrira un aide-mémoire à nos renoncements

on frappera à toutes les portes

on attendra à la gare

la beauté extravagante

qui élira nos obsessions."

 

Rodney Saint-Eloi.

 

 


07/08/2020
0 Poster un commentaire

Morceau choisi: L'aube des chants d'initiés d' Audrey Kibamba

Nzoumba

Comme dans le songe d'un élu

Une silhouette m'est apparue au crépuscule des ténèbres et se tint debout

Sa voix une légion des totems

Et son corps la résurrection des astres dans le séjour de repos

Ses pas rament la colère du fleuve

Ses larmes guérissent les nations

De très loin , sa gloire souffle l'ère nouvelle

Dès l'aube , son image indécise parue dans les mystères du tam-tam d'Afrique

Pour célébrer

L'aube des chants d'initiés Nzoumba!

Déesse Mikwissis qui élève la poussière au rang des hommes.

 

 


08/06/2020
0 Poster un commentaire

Morceau choisi de: "La vie des hommes" de Bedel Baouna

 

 

 

"Dodo, seul

 

Franco par-ci, Franco par-là ! Ses chansons vont finir par faire se révolter ma femme, jusque-là crédule et soumise. Qui sait, d’ailleurs, si elle n’est pas déjà en pleine révolte ? Qui sait ?...Non seulement Franco était un grand macho, mais il était aussi un révolutionnaire secret. Ah ! Révolutionnaire ? Peut-être pas ! « Anarchiste » conviendrait bien à cet homme qui continue de causer du souci, du désordre, de la zizanie et de l’anarchie dans les couples ! J’ai peur que ma femme me traite de « Locataire » ou de « Mario » , des morceaux de Franco Luambo-Makiadi, très caustiques. Aucun homme n’aimerait être à la place de ce Locataire ou de ce Mario, c’est-à-dire dépendre de ma femme, c’est la pire des critiques que l’on puisse me faire ; c’est comme recevoir une flèche dans la poitrine. C’est bien que ce Franco soit passé par la case prison. Dans ses chansons « Hélène » et « Jackie », il attaque un ministre. Or un ministre est un grand, un dieu ; un ministre c’est quelqu’un qui peut avoir jusqu’à 15 bureaux. Mon ami le ministre Lambert Monoko Makassi ne dit pas le contraire. Mais la main sur le cœur, Franco avait juré que les deux chansons incriminées étaient dépourvues de double sens. Quel menteur ce monsieur !

 

La lumière soudainement baisse d’intensité. Apparaît dans un coin faiblement éclairé un homme en boubou tenant une guitare. Au fur et à mesure que monte à nouveau la lumière, on distingue une silhouette qui s’apparente à celle de Franco."

 

 

 


14/05/2020
0 Poster un commentaire

Morceaux choisis de Les Bûcheronnes de Abel Koumou Gousseine

 

La Bûcheronne !

Ses mains sont dures comme sont durs les efforts qu'elle fournit pendant les travaux champêtres

Sa démarche est lourde et pénible comme sont pénibles et lourdes ces choses qu'elle porte incessamment dans sa hotte

Son corps est maigre comme sont maigres ses revenus et ses repas au quotidien...

Sa vie est un fardeau comme le fagot de bois qu'elle porte impérativement sur la tête pour nourrir des bouches qui attendent au purgatoire...

C'est une femme "silenciée'' par les impératifs de la vie

C'est pourtant une bûcheronne qui peut tout oublier comme toute bonne mère oublie ses douleurs d'accouchement.

 

 

 

 

Monsieur et Madame Dubois 

Le bûcheron d'Oyoa

C'est Monsieur Dubois

Qui coupe du bois

Pour fabriquer des croix

A la dimension de ses bras

Et de ses pieds étroits

Le bûcheron d'Oyoa

C'est Monsieur Ibwa

Qui taille dans le tronc

De l'okoumé et du limba

Des variétés insoupçonnables d'objets

Utiles au sculpteur

Sensoriels au danseur

Essentiels au piroguier

La bûcheronne d'Iyélwa

C'est Madame Dubois

Qui amasse du bois perdu

Dans la prairie voisine

Pour en faire des fagots ardus

La bûcheronne d'Iyélwa

C'est Madame Ibwa

Bûcheron comme elle

Coupeur de bois de chauffe

Prêt à fabriquer des foyers à trois pieds

Qui supporteront ces marmites

Qui nourriront des bouches affamées.

 

 

 

 


09/05/2020
2 Poster un commentaire