Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Nous ne trahirons pas le poème de Rodney Saint-Eloi

Malgré ses multiples activités académiques, éditoriales, sociales,  "Compagnon des Arts et des Lettres du Québec"...Rodney Saint-Eloi, fils de Cavaillon (Sud d'Haïti)  vivant au Canada, ne trahira ni le poème ni cette terre d'Ayiti qui l'a porté et qu'il porte partout où il pose ses pieds.

 

" parler à nos fissures

sur le ton familier de nos deuils

comme on attend le dernier train

comme on tète nos plaies à la cuisine

ambiance monochrome des soupers

en psalmodie le cantique de david

pour donner aux entailles un cahier de charge

on trouvera les mots et les dieux

pour pardonner à nos déroutes

on écrira un aide-mémoire à nos renoncements

on frappera à toutes les portes

on attendra à la gare

la beauté extravagante

qui élira nos obsessions."

 

Rodney Saint-Eloi.

 

 


07/08/2020
0 Poster un commentaire

Morceau choisi: L'aube des chants d'initiés d' Audrey Kibamba

Nzoumba

Comme dans le songe d'un élu

Une silhouette m'est apparue au crépuscule des ténèbres et se tint debout

Sa voix une légion des totems

Et son corps la résurrection des astres dans le séjour de repos

Ses pas rament la colère du fleuve

Ses larmes guérissent les nations

De très loin , sa gloire souffle l'ère nouvelle

Dès l'aube , son image indécise parue dans les mystères du tam-tam d'Afrique

Pour célébrer

L'aube des chants d'initiés Nzoumba!

Déesse Mikwissis qui élève la poussière au rang des hommes.

 

 


08/06/2020
0 Poster un commentaire

Morceau choisi de: "La vie des hommes" de Bedel Baouna

 

 

 

"Dodo, seul

 

Franco par-ci, Franco par-là ! Ses chansons vont finir par faire se révolter ma femme, jusque-là crédule et soumise. Qui sait, d’ailleurs, si elle n’est pas déjà en pleine révolte ? Qui sait ?...Non seulement Franco était un grand macho, mais il était aussi un révolutionnaire secret. Ah ! Révolutionnaire ? Peut-être pas ! « Anarchiste » conviendrait bien à cet homme qui continue de causer du souci, du désordre, de la zizanie et de l’anarchie dans les couples ! J’ai peur que ma femme me traite de « Locataire » ou de « Mario » , des morceaux de Franco Luambo-Makiadi, très caustiques. Aucun homme n’aimerait être à la place de ce Locataire ou de ce Mario, c’est-à-dire dépendre de ma femme, c’est la pire des critiques que l’on puisse me faire ; c’est comme recevoir une flèche dans la poitrine. C’est bien que ce Franco soit passé par la case prison. Dans ses chansons « Hélène » et « Jackie », il attaque un ministre. Or un ministre est un grand, un dieu ; un ministre c’est quelqu’un qui peut avoir jusqu’à 15 bureaux. Mon ami le ministre Lambert Monoko Makassi ne dit pas le contraire. Mais la main sur le cœur, Franco avait juré que les deux chansons incriminées étaient dépourvues de double sens. Quel menteur ce monsieur !

 

La lumière soudainement baisse d’intensité. Apparaît dans un coin faiblement éclairé un homme en boubou tenant une guitare. Au fur et à mesure que monte à nouveau la lumière, on distingue une silhouette qui s’apparente à celle de Franco."

 

 

 


14/05/2020
0 Poster un commentaire

Morceaux choisis de Les Bûcheronnes de Abel Koumou Gousseine

 

La Bûcheronne !

Ses mains sont dures comme sont durs les efforts qu'elle fournit pendant les travaux champêtres

Sa démarche est lourde et pénible comme sont pénibles et lourdes ces choses qu'elle porte incessamment dans sa hotte

Son corps est maigre comme sont maigres ses revenus et ses repas au quotidien...

Sa vie est un fardeau comme le fagot de bois qu'elle porte impérativement sur la tête pour nourrir des bouches qui attendent au purgatoire...

C'est une femme "silenciée'' par les impératifs de la vie

C'est pourtant une bûcheronne qui peut tout oublier comme toute bonne mère oublie ses douleurs d'accouchement.

 

 

 

 

Monsieur et Madame Dubois 

Le bûcheron d'Oyoa

C'est Monsieur Dubois

Qui coupe du bois

Pour fabriquer des croix

A la dimension de ses bras

Et de ses pieds étroits

Le bûcheron d'Oyoa

C'est Monsieur Ibwa

Qui taille dans le tronc

De l'okoumé et du limba

Des variétés insoupçonnables d'objets

Utiles au sculpteur

Sensoriels au danseur

Essentiels au piroguier

La bûcheronne d'Iyélwa

C'est Madame Dubois

Qui amasse du bois perdu

Dans la prairie voisine

Pour en faire des fagots ardus

La bûcheronne d'Iyélwa

C'est Madame Ibwa

Bûcheron comme elle

Coupeur de bois de chauffe

Prêt à fabriquer des foyers à trois pieds

Qui supporteront ces marmites

Qui nourriront des bouches affamées.

 

 

 

 


09/05/2020
2 Poster un commentaire

Morceaux choisis de Coeur Tellurique de Lopito Feijòo

Introduisant le recueil de poèmes de Lopito, traduits pour la première fois en Français, le

poète Gabriel Mwènè Okoundji, précise que : « Le chant de Lopito Feijòo est celui …qui résonne gravement sur les territoires de l’Angola, s’indigne, interpelle, pointe du doigt l’évidence que l’œil peine à voir, témoigne avec vigueur et élan du mystère de la faune et de la flore que délivre la forêt touffue du Bassin du Congo, invoque à voix nue les bruissements qui détournent le murmure de l’homme, charrie les étoiles « à - soif des fleuves africains » sur les cours du Niger, du Congo, du Kwanza, du Zambèze…. Il s’agit avant tout ici d’initier le lecteur à entendre battre autrement le pouls de l’identité nègre. »

 

Lisez et savourez !

 

« JE TEMOIGNE

 

Je témoigne pour tous les carrefours morts inégaux de leur faute. De leur seule et unique faute. Je viens. Je fais de mes propres chairs les épées de nos ancêtres pour l’heure en un lieu au nord-ouest de Kush sur les rives du noble Nil partageant des ibundos d’ici. Je sais qu’ils arriveront par la route d’Upemba accompagnés par quelque coq, - qui avait été pour cause de destin, victime de la faim à l’époque de la première de toutes les sécheresses dont nous avons été gratifiés.

 

Viens mon frère fils d’Afrique de nos nations. Porte dans ton ossature la force géante de la racine transcendante. Que ta main soit la mienne. Que ces mains nôtres soient nos mains les seules détentrices de synchronies serties aux mosaïques de l’Histoire Universelle.

 

Sers-toi du cadre de l’occulte sans préjugés. Présente-toi à l’être le plus cultivé. Elimine les dieux diurnes dans le sein de leur Etre. Les prophètes connus de l’abus du pouvoir qui règne par ici. Pour qu’ils ne t’interdisent point de faire de la chair à l’aide des chairs de tes voisines. Pour que règne la poésie de leur poésie. Produit d’esprits élevés, mémorables et bien dits. »

 

« RAISON MIXTE

 

Vide évasé comme dans un vase

sec comme dans un sac

 

vague j’avance solitaire sans nord

toujours de l’avant au vent de l’esprit

 

chauffé au sud sans sort

sans prochain ni rêves rien qu’esprit

 

rasé vide évasé vaste vol mixte

oraison voilà ma dimension. »

 

 

« SUR LA ROUTE DE BANGUI

 

Gît un cadavre aux yeux vivants sur la route de Bangui

il lévite esprit léger pour la cause des ancêtres

de la sépulture sa ère salue le tout-puissant

NSINGUI

KA-HALLA

 

Le Kilimandjaro est très près

bois mieux les eaux dans la zone des grands lacs

c’est si bien je vais ailleurs…

- BENIS-MOI KALUNGA NGOMBE

SUR LA ROUTE DE BANGUI !

 

 


03/05/2020
0 Poster un commentaire