Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

La parole aux Amis


Le Président Jojo sous le Microscope de la Fontaine: un texte d'Eddy Cavé

LE PRÉSIDENT JOJO SOUS LE MICROSCOPE DE LA FONTAINE (Première partie)

Par Eddy Cavé eddycave@hotmail.com

Ottawa, le dimanche 3 février 2019

 

Dans notre beau pays d’Haïti Thomas, où « l’impossible est possible et le possible,impossible » et où « les gens marchent la tête en bas », l’affabulation présente un attrait presque irrésistible pour quiconque essaie d’en raconter certaines tranches d’histoire. Ésope et, dans son sillage, La Fontaine y ont eu recours pour peindre les mœurs de leurtemps, tout en divertissant leurs concitoyens. Un procédé qui permet de raconter enbadinant une présidence chaotique et menacée de toutes parts d’effondrement.

 

page1image28208096

Tout portait à penser, dès la proclamation des résultats des élections de 2016, que le jeune président avait appris les fables de La Fontaine et qu’il allait au moins en prendreles maximes comme boussole. Mais encore eût-il fallu les appliquer à la lettre et à bon escient!

 

Le lièvre et la tortue

 

De toute évidence, une de ses premières déclarations de président nouvellement élus’inspirait de la maxime de la fable du lièvre et de la tortue : « Rien ne sert de courir, ilfaut partir à temps.» Ainsi, Jojo n’avait pas encore prêté serment comme président qu’il effectuait un départ en trombe dans cette course d’obstacles. Pas seulement à temps,mais avant le temps, en faisant cette la déclaration fracassante : « Le carnaval national aura lieu aux Cayes. Point barre. » Le président avait parlé. Déclaration claire et simple àmon goût, mais annonciatrice d’un type de leadership pour le moins inquiétant !

 

Ainsi, le nouveau maître des lieux s’installait à la fois dans la peau de l’éléphant qui écrase tout sur son passage et du lion qui fait la loi, l’applique à sa manière et règne en maître absolu.

Au grand dam d’une opposition morcelée, épuisée par une campagne électorale de plus d’un an et endormie par le délai de grâce des 100 premiers jours, Jojo se mit à marquerdes points : réussite spectaculaire du carnaval national des Cayes; caravanes del’espoir(et du désespoir) dans le Sud, et l’ Artibonite; révélations tapageuses sur les prixde l’asphalte et ses miracles de magicien au service de la Patrie commune; promesses inconsidérées faites avec l’assurance d’un chef d’État qui n’a pourtant pas les moyensfinanciers de ses politiques. On découvrira plus tard que, tout en suivant les préceptes de La Fontaine, Jojo appliquait une consigne prêtée à Voltaire par un adversaire peu scrupuleux : « Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose. » Soit dit en passant,Voltaire n’a jamais prêché pareille ineptie.

page2image28182768

 

 

Dans la foulée des promesses d’argent dans les poches du citoyen, de nourriture dans toutes les assiettes et d’emplois pour tous, Jojo lancera aussi le slogan Elektrisite nan 24 mwa qui est en train de lui éclater au visage en ce début de février 2019.

 

Le corbeau et le renard

 

Dans l’euphorie du carnaval national des Cayes et du concert de louanges qui accueille lecouple Jojo-Titinne au Palais national, le président oublie très vite la leçon de la fable du corbeau et du renard : « Tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute ». Aussi distribue-t-il à tour de bras les largesses du pouvoir aux « hypocrites caressants » quil’encensent sur tous les tons à longueur de journée. Les grands bénéficiaires sont ceux etcelles qui chantent le plus fort et se rasent et se cirent le crane le plus souvent possible enguise de serment d’allégeance.

Les contrats juteux pleuvent alors sur l’oligarchie qui a financé sa très coûteuse campagne électorale et qui attend à bon droit les retours d’ascenseur. Adulé par ce beau monde du milieu des affaires, l’ami Jojo flotte sur un nuage.

page3image27810096page3image21565760

 

 Il sillonne le pays à la tête de sacaravane, concentrant entre ses mains les fonctions d’un premier ministre invisible et des ministres introuvables des Travaux publics, de l’Agriculture, etc. La réussite est totale, lebonheur parfait! Mais personne ne voit que les prix montent, que la gourde coule et que le marasme s’installe insidieusement. Un seul refrain :

« Que vous êtes joli! Que vous me semblez beau!»

Amateur de formules simplistes, Jojo oublie toutefois celle-ci : « Qui trop embrasse mal étreint. » Il accumule ainsi gaffe sur gaffe en un temps record : constructions demauvaises routes sans études préalables; improvisations dangereuses dans l’agricultureavec la promesse de création de dix zones de production; nominations partisanes dans tous les secteurs, diplomatie comprise; projet de téléphérique dans le Nord; gestion catastrophique du budget dont le déficit croissant entraîne la gourde dans un trou sans fond. Jojo se bat sur tous les fronts et adore les bains de foule dont les inaugurations les plus insignifiantes lui donnent l’occasion.

 

Le loup et l’agneau

 

Jojo avait appris en mémorisant Le loup et l’agneau que la raison du plus fort est toujours lameilleure. Comme il n’a jamais oublié cette maxime qui fait le bonheur des puissants de cemonde, il fonce tête première dans l’exercice solitaire du pouvoir et dans une prise dedécision autocratique et complètement aberrante. La griserie du pouvoir aidant, il oublie très vite qu’il a été propulsé au pouvoir sans préparation adéquate et il ne fait aucun effort pours’initier à la pratique de la délégation.

page4image27818000

 

 Il sait qu’il est le plus fort et que tout ce qui est bonpour lui est bon pour son entourage et pour le pays.

Chaussé de ses solides, mais peu esthétiques, bottes de construction, il se fait en outre bon papa, stratège, tacticien, gestionnaire, directeur de chantier et occupe à lui seul tout l’espace médiatique. Ce faisant, il s’entoure d’une armée de courtisans qui applaudissent à tout rompre à ses initiatives les plus saugrenues. Une seule promesse mirobolante manque à son programme de gouvernement : la création de murs à la Trump entre les zones de non-droit et les beaux quartiers de sa capitale bidonvillisée. Bravo Jojo, clament à l’unisson les courtisans accourus de toutes parts! Bali bwa, chofè!

 

Dans un premier temps, Jojo, le plus fort parmi les forts, est gratifié de tous les honneurs, mais quand, au bout de quatorze mois de mauvaise gestion, les émeutes éclatent, il estcontraint de congédier son premier ministre et d’écarter, du moins officiellement, certains proches devenus trop encombrants. En ce début de 2019, les manifestations de rues ont gagné en importance et inquiètent de plus en plus. Dans le dialogue de sourds qui commence, la rue devient l’interlocuteur le plus fort, tandis que les changementsd’allégeance se multiplient.

page5image27919792

 

En hommage à la vérité, il faut toutefois dire qu’en rusé compère, il se voit aussi en renard.Admirateur silencieux de cette engeance sortie des fables de La Fontaine, il a, avec la complicité de Titine, leurré durant toute la campagne électorale les Gwo Soso, Anne-Valérie, Christine et autres grandes dames du PHTK. Une fois installé dans ce qui reste du Palais national, le terrible duo les écarte habilement de cette officine d’intrigues et il fait place nette pour les nouveaux invités au banquet du pouvoir.

 

Qu’il s’agisse des maîtres chanteurs et « parle-menteurs » Jacques le sauveur et Gracia Delta,de l’homme d’affaires Edo Zucchini, du tout-puissant shérif levantin ou de Micky lui-même, on observe maintenant que le vent a tourné. Et, avec lui, les girouettes accrochées au mât du navire. Le jeu de la chaise musicale a repris : Ôte-toi que je m’y mette! Pas surprenant que les deux anciens présidents du Sénat qui avaient appuyé Myrlande contre Micky en 2010 aientrepris leurs places dans les rangées de l’opposition. « La politique haïtienne est byzantine! », se plaisait à répéter le professeur et ex-président Leslie Manigat. Jojo est en train del’apprendre à ses dépens.

 

Le laboureur et ses enfants

 

Le laboureur mourant exhorte ici ses enfants à ne pas vendre la seule propriété qu’illeur lègue, car« un trésor est caché dedans ».

page6image27920208

 

La publication, fin janvier, du rapport de la Cour supérieure des comptes sur la dilapidation des fondsde Petro Caribe a remis sur le tapis le scandale d’Agitrans et donné une nouvelle vie à cette fable de La Fontaine. Autrement dit, de l’abandon des installations de la gigantesque exploitation agricole qui a propulsé Jojo sur la scène nationale en 2015-2016. Après avoir coûté plus de 6 millions de dollars aux contribuables du pays et servi de rampe de lancement de Jojo au timon des affaires, Agitrans a simplement été fermée et sa plantation de bananes, abandonnée à elle-même.

 

La seule opération d’exportation connue de cette arnaque est un trompe-l’œil qui finalementn’a trompé personne : l’embarquement de quelques caisses de bananes pour l’Allemagne surun convoyeur pratiquement vide. Et la vie a repris son cours dans ce pays où les scandales ont la réputation de durer 17 jours, soit deux semaines et un week-end additionnel.

 

Dans un article publié dans l’édition du 20 mars 2017 du Nouvelliste, l’auteur Patrick Saint-Pré offrait des funérailles de première classe à Agitrans :

page7image27944496page7image21564800

La spectaculaire expédition de bananes de 2015. Crédit photo : Le Nouvelliste

 

« Du projet officiellement lancé en grande pompe en octobre 2014 dans le département du Nord-Est, il ne reste qu’un véritable champ de ruines surveillé de près par des gardiens sur le qui-vive empêchant les journalistes [...] de visiter, de filmer ou de photographier la plantation.[...] »

 

Enfonçant le dernier clou dans le cercueil de l’entreprise défunte, l’auteur ajoutait :

Si Jojo avait appris la fable du laboureur et de ses enfants et s’en était souvenu, il auraittout fait pour sauver la bananeraie. Il aurait retenu surtout que, les héritiers n’ayant pas trouvé le trésor prétendument enfoui dans le terrain légué par leur père et qu’ilspassèrent une année complète à labourer, il était tout à fait logique et très rentable del’ensemencer et de récolter.

 

« Quoi de plus simple, Eddy, me répondent tous les jours les gens quej’interroge sur ce sujet et qui prétendent détenir la clé de l’énigme? L’objectif du projet n’était pas de faire d’Haïti un grand exportateur de bananes biologiques. C’était de propulser Jojo la banane à la présidence, et cet objectif a été atteint. »

En gestion de projet, m’explique-t-on, comme si je venais d’une autre planète, laréalisation d’un projet ne va pas au-delà de l’atteinte de ses objectifs. Point barre!

 

 

FIN DE LA PREMIÈRE PARTIE

page8image21512960

« Le spectacle de ce vendredi 17 mars dernier est sinistre, avec des bouts de tuyaux cassés du système d’irrigation qui pendent, des vaches qui broutent allègrement une bonne partie de la terre remuée.»

page8image27838912

La plantation abandonnée en 2017 pour des raisons non dévoilées. Crédit photo : Le Nouvelliste

 

 

Eddy Cavé, Ottawa, Canada.

 


25/02/2019
1 Poster un commentaire

Dialogue de sourds de Me Serge H. Moïse

Depuis trente ou quarante ans, des démarches sont régulièrement entreprises afin d’attirer au pays des investisseurs étrangers dans la perspective de relancer notre économie. De temps à autres des voyages extrêmement coûteux sont organisés par des délégations pléthoriques, qui reviennent avec des promesses mirobolantes, lesquelles hélas n’arrivent jamais à se concrétiser. Pourtant, gouvernement après gouvernement, l’on assiste au même scénario inutile, avec toujours le même résultat.

Il ne suffit pas de s’accrocher à un rêve pour qu’il devienne réalité. Encore faut-il de manière rationnelle et pragmatique, en tenant compte des besoins de la population, toutes classes confondues, préparer le terrain à cet effet.

Attirer des investisseurs étrangers, et à ce chapitre, il y a loin de la coupe aux lèvres, à cause de l’insécurité grandissante, les tracasseries administratives pour enregistrer une compagnie commerciale, le non respect du droit de propriété et des lois en général, l’état de délabrement de nos routes et du système judiciaire, la pénurie en matière d’électricité, autant de facteurs négatifs qui ne peuvent que décourager d’éventuels affairistes en quête de profits plus ou moins juteux. L’humanitaire se révèle donc plus intéressant que toute autre forme d’investissement, faisant de notre coin de terre l’industrie de la misère humaine sous toutes ses formes.

Nous devons donc apprendre à d’abord compter sur nous-mêmes. Nous l’avons fait à une époque où nous ne disposions pas dans nos rangs de cette kyrielle d’analystes, de théoriciens, d’intellectuels de belle eau et de techniciens aux connaissances les plus pointues et ce dans tous les domaines.

Il nous a fallu un peu plus de trois cents ans de tentatives avortées, d’essais mal planifiés, de trahison entre nous, de revers et de mauvaise fortune. Mais nous n’avions pas baissé les bras. Nous avons recouru à des ruses témoignant d’une perspicacité et d’une intelligence supérieure. Nous avons inventé le marronnage et qui plus est, nous avons utilisé la force de l’ennemi pour le combattre et le terrasser.

Certaines chaînes de notre esclavage furent donc rompues, celles visibles à l’œil nu évidemment. L’indépendance nationale fut donc proclamée à grand renfort de tambours et de trompettes au grand dam de tous les « bwanas ». La preuve venait d’être faite que l’homme noir avait lui aussi une âme susceptible d’atteindre la cime des dieux tutélaires.

Á partir de cette geste héroïque à nulle autre pareille, nous sommes devenus le phare de la race tout entière. Ceux qui ont voulu nous imiter furent systématiquement éliminés. Les bourreaux ont juré que cet exemple ne se reproduirait plus jamais et ils ont tenu parole, bien souvent, avec la complicité consciente ou non de certains de nos congénères.

La vie étant une lutte perpétuelle, il ne faut donc pas s’attendre à ce que la nôtre prenne fin aujourd’hui ou demain. Si comme le célèbre pied noir Enrico Macias, nous pouvons chanter « Rien n’est plus beau qu’un fusil rouillé », il n’en demeure pas moins que pour avoir baissé les bras, et ce à plus d’un titre, nous avons nous-mêmes contribué largement, à nous retrouver dans ces profondeurs abyssales du laxisme, de la corruption et de la misère.

Puisque nous en sommes conscients, tout n’est pas encore perdu, la rédemption demeure donc possible à condition de respecter les lois de la nature que les anciens n’ont pas manqué de nous enseigner et qui s’expriment à partir de sages adages tel :

« Une famille divisée est une famille affaiblie, appelée à disparaître ».

La zizanie, les luttes mesquines et fratricides, les inégalités sociales et l’analphabétisme maintenu à dessein ne peuvent conduire qu’à ce chaos que nous avons échafaudé patiemment et inlassablement depuis l’ignominie du dix-sept octobre mil huit cent six au pont rouge.

« Ventre affamé n’a point d’oreille ».

L’éducation gratuite pour tous, certainement et dans les plus brefs délais. Toutefois, il faut éviter de mettre la charrue devant les bœufs. Ne confondons pas scolarisation et éducation car en reproduisant des générations d’acculturés, la nation risque de ne jamais émerger de son gouffre actuel. De plus, les besoins primaires doivent être pris en compte avant les besoins secondaires, tertiaires et ainsi de suite. Les parents qui ne travaillent pas ne peuvent pas loger, nourrir et habiller leurs enfants et les rendre aptes à recevoir le « pain de l'instruction ». La création d’emplois demeure le point de départ incontournable à partir duquel tout le reste devient possible.

« Il n’y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre et pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir ».

Vouloir à tout prix faire comme les autres, les singer autrement dit, nous maintiendra irrémédiablement dans cette situation d’assistanat qui fait le bonheur de tous, sauf le nôtre.

« Pour pratiquer la vertu il faut un minimum de bien-être »

Demander à des gens qui ne travaillent pas et qui n’ont aucune chance de le faire, de respecter la morale et le droit, dépasse l’entendement humain. Une maman dont les trois ou quatre rejetons crèvent de faim ne saurait résister à la tentation de se prostituer afin de nourrir ses poupons, au risque d’attraper le virus du sida. Désespérée, elle n’hésite pas!

« Il n’y a rien de nouveau sous le soleil »

En effet, les cataclysmes tant naturels qu’humains ont jalonné, sous différentes formes, notre histoire sur cette minuscule planète. Nous avons tout vu et pourtant…!

« Les défaites du Droit sont toujours provisoires »

Puisqu’il est encore question de changement, la modernisation de la législation haïtienne, lentement mais sûrement, sera amorcée sous peu aux fins de nous permettre de rejoindre le cercle des nations dites civilisées.

Nous invitons nos aimables lecteurs à poursuivre ce bel exercice et à réaliser qu’en effet, tout a été dit, mais qu’entre le dire et le faire, il y a souvent un fossé difficile à franchir. Nos propos sont simplement, pour souligner à l’eau forte cette fois-ci, que la solution à nos problèmes ne se situent pas aux antipodes de nos capacités. Bien au contraire, l’important pour nous est d’arrêter de chercher midi à quatorze heures. Il nous incombe de créer notre propre modèle de développement qui commencera par l’instauration de cette grande chaîne de solidarité, pas au niveau des discours et des interminables palabres, mais de manière concrète à travers le (FHS) Fonds Haïtien de Solidarité.

Travaillons tous ensemble à éliminer, autant que faire se peut, les inégalités sociales, par la création immédiate d’emplois sur toute l’étendue du territoire national. C’est possible avec le Fonds Haïtien de Solidarité.

Mettons un terme à notre dialogue de sourds séculaire, faisons une réalité de notre maxime nationale : L’union fait la force. C’est nettement possible avec le Fonds Haïtien de Solidarité.

Faisons franchement appel à la participation active de toutes les filles et fils de la nation, tant ceux de l’intérieur que ceux de l’extérieur dans le cadre de cette grande kombite nationale. C’est certainement possible avec le Fonds Haïtien de Solidarité.

 

Me Serge H. Moïse av.

 

 

 


21/02/2019
0 Poster un commentaire

"Qui sommes nous?" de Maître Serge H. Moïse

Haïti! Le regard sans complaisance de l'avocat haïtien Serge H. Moïse sur son pays!  

 

 

« Qui Sommes-Nous? »

Une nation c’est d’abord, un territoire, une population et un gouvernement. Á cela s’ajoute naturellement le principal facteur de son développement qui est sa culture au sens large du terme.

Dans la mesure où nous acceptons ce postulat, force est de nous demander si nous avons atteint, dans les faits, le statut de nation, sociologiquement parlant et loin de toute fiction juridique.

Inutile de remonter le cours de l’histoire que tout le monde connaît plus ou moins et essayons d’analyser certains phénomènes visibles à l’œil nu et qui se révèlent constants en dépit des moments et de certains contextes particuliers.

L’histoire est écrite par les vainqueurs dit le vieil adage, toutefois, après la geste de mil huit cent quatre, réalisée par nos vaillants ancêtres, après le Bois-Caïman, « Bwa Kay Imam » le combat de Vertières, la reddition des forces d’occupation, l’avons-nous écrite notre propre histoire? Sommes-nous parvenus à la dépouiller de ces mythes dont elle a toujours été maquillée? Tel devrait être le cas puisque nous étions les héroïques vainqueurs et fondateurs de la première république nègre du monde.

Nous avons dû payer en franc-or, la reconnaissance de notre indépendance acquise au prix du sang! Quand un président a osé exiger la restitution de ce paiement extorqué par la bouche des canons, mal lui en prit et aujourd’hui, un citoyen de la France noire, le sieur Louis-Georges Tin, décide d’intenter une poursuite judiciaire contre la Caisse des Dépôts et Consignations, espérant que justice sera rendue à qui justice est due.

Bossales et créoles égarés dans la mer caraïbéenne, christianisés pour les besoins de la production des denrées et déshumanisés par la force des choses, nous n’arrivons pas, deux cent treize ans après la rupture des chaînes aux pieds, à nous débarrasser de celles si bien enfouies dans nos caboches.

Paradoxe frappant, nos ancêtres ont juré de vivre libre ou de mourir et petit à petit, nous semblons dire : plutôt la dépendance que la prise en charge de notre propre destin, qui se traduit dans notre vernaculaire par « Pitô nou lèd nou là »!

Craignant de nous retrouver isolés du reste du monde, nous avions décidé de conserver la langue et la religion de l’oppresseur. Nous nous sommes tellement imprégnés de sa science et de sa culture des lumières qu’aujourd’hui, en dépit des sérieuses mises en garde de nos griots tels qu’Anténor Firmin, Jean-Price Mars, Kléber G. Jacob, Frantz Fanon, Cheikh Anta Diop, Tidiane N'Diaye pour ne citer que ceux-là, nous sommes tout, sauf d'authentiques Haïtiens fiers de leurs racines identitaires.

Nous avons, pour notre malheur, confondu scolarisation avec éducation, privilégiant toutes les valeurs culturelles importées au détriment des nôtres. Le maître nous a dit que notre religion venue avec nous des pays d’Afrique était porteuse de malédictions et qu’il fallait les éradiquer. Sans la moindre réflexion, têtes baissées comme des moutons de Panurge, nos sœurs et frères, les plus « éduqués » évidemment, se sont acharnés à diaboliser les mambos et les hougans. Le catholicisme, oui, le protestantisme, bien sûr, l’islam pourquoi pas, mais le vaudou, jamais s’exclament encore nos soi-disant élites, avec la même naïveté et la même candeur que durant les années quarante, lors de la grande « campagne des rejetés » que Jacques Roumain et d’autres ont combattu du bec et des ongles. Ils sont combien parmi nos fiers compatriotes qui croient encore que leur langue maternelle n’est autre que le français. Négatifs et réducteurs face à toute idée novatrice d’un des nôtres mais toujours prêts à gober les projets-bidons de n’importe quel petit « bwana » de passage. L’odeur du papier-vert et la soumission instinctuelle ne ratent pas leur petit effet. Nous continuons hélas dans la même veine, convaincus que la posture de la main tendue et de l’échine bien courbée demeure l’unique voie de salut.

Rions-en un peu pour ne pas en pleurer : Ne vous est-il jamais arrivé de vous adresser en créole à un congénère et de vous faire foudroyer d’un regard très sévère, suivi d’une réponse plutôt brève, mais pardon, dans la langue de Voltaire?

Nous comptons une kyrielle de docteurs en sciences économiques et nous attendons encore une théorie de l’économie haïtienne, une ribambelle de docteurs en droit et toujours pas un droit vraiment haïtien en adéquation avec notre réalité culturelle, sociale et économique, des docteurs en sociologie, il y en a bien quelques uns, mais qu’en est-il de la sociologie haïtienne? De la recherche, c’est très bien mais pour les autres, nous pouvons nous en passer, semblent nous dire les titans de l’intellectualité haïtienne, puisqu’à moins de nous tromper, il n’y a que l’Amicale des Juristes qui en fasse avec des moyens très limités d’ailleurs. Par contre, dans le monde des arts, la musique, la danse et la peinture; dans celui des belles lettres, le théâtre, le roman et la poésie, nous faisons bonne figure. Franck Étienne, Jacques Roumain et Jacques Stephen Alexis ont fait leur entrée dans le Petit Larousse.

Premières victimes du féodalisme qui s’appelle aujourd’hui, capitalisme néolibéral, nos économistes, véritables bouffons qui s’ignorent, s’évertuent à se constituer en prolongement du maître afin de pérenniser le système qui ne peut que nous maintenir dans notre statut de dépendance au triple point de vue politique, social et économique. Les religions, instruments de domination par excellence, recrutent allègrement afin de perpétuer leur savant lavage de cerveau au sein des victimes elles-mêmes.

Combien de fois avons-nous sollicité l’ingérence étrangère, sinon l’occupation pure et simple? Certains historiens rapportent que le président Franklin Delanoë Roosevelt aurait affirmé ou écrit que pour régner sur ce petit pays nègre, il fallait faire en sorte que les sans souliers fussent toujours en guerre contre les bien chaussés. Nos diplômés le savent tous et comment non? Hélas, dans leurs comportements quotidiens, sur le terroir comme en terre étrangère, ils pratiquent ce que nos analphabètes appellent dans notre succulent vernaculaire le « chen mangé chen ».

Il y a de quoi se perdre en conjectures de toutes sortes car, notre parcours, de l’indépendance à nos jours laisse perplexes et confus tous ceux qui cherchent à discerner les causes lointaines ou immédiates d’une telle situation de fait difficilement descriptible.

Et avec l’exode massif à partir des années soixante, exil politique, exil économique, l’identité haïtienne en a pris pour son rhume, quant au sentiment d’appartenance à la patrie commune, il est relégué aux vestiges du passé, ce qui n’augure rien de bien bon pour le futur prévisible.

Si nous avions tant soit peu conscience de notre haïtianité et du retard que nous accusons par rapport au monde moderne, nous serions tous animés de ce même élan de solidarité, les uns envers les autres, ramant dans la même direction avec pour unique objectif, le sauvetage national.

Hélas, et le constat est bel et bien fait, nombreux sont nos compatriotes apatrides trop heureux de s’acoquiner avec l’étranger, qui profitent sans vergogne, de cette nouvelle industrie, celle de la misère de nos sœurs et frères.

Nous réclamons à corps et à cri l’avènement d’un État de droit dans un pays où en chaque ressortissant il y a un « makoute » qui sommeille.

Nos technocrates bardés de diplômes, pouvant entretenir un auditoire sélect pendant des heures à disserter de long en large des sujets de leurs savantes études, sont incapables d’utiliser ces connaissances pointues afin d’appréhender le réel haïtien dans sa spécificité propre, et essayer d’innover c'est-à-dire, d'adapter ces formules qui font recette en terre étrangère, à notre dimension de petit pays du quart monde appauvri et corrompu.

Qu’on ne se méprenne point, notre propos n’a rien à voir avec une quelconque « campagne de rejetés » contre la formation ou la « diplomation ». Ce que nous appelons de tous nos vœux, c’est certes la fin des mythes, de ce bluff contre-productif et une réforme de la formation à l’instar de ce que préconisent le philosophe Edgard Morin et le professeur André Marcotte à travers le Mouvement Humanisation initié depuis trois ans déjà, afin que les futurs diplômés ne soient plus des robots mais des femmes et des hommes avec ouverture d’esprit et une vision certaine de ce que devrait être la vie des humains, en quête d’épanouissement et du vrai bonheur.

Nous assistons impuissants au déclin de nos valeurs d’antan et ce nivellement par le bas s’est déjà révélé aussi catastrophique que le tremblement de terre du douze janvier deux mille dix.

Avant de rêver il faut savoir, nous dit Jean Rostand. Il ne suffit donc pas d’expliquer et de dénoncer les choses, il faut pouvoir les changer, n’empêche que se taire et continuer de se taire, c’est cautionner sinon encourager la débâcle.

Créer c’est résister, résister c’est créer disait Stéphane Hessel.

Nous demeurons convaincu que tout n’est pas encore perdu, mais qu’une remise en question s’impose quant à notre mode de penser et d’agir et qu’il est donc plus que temps de nous demander : Qui sommes nous et où allons nous?

 

Me Serge H. Moïse av.

 


23/01/2019
0 Poster un commentaire

Dialogues imaginaires par Eddy Cavé

DIALOGUES IMAGINAIRES

SUR LE LANGAGE CLAIR ET SIMPLE

Par Eddy Cavé,

eddycave@hotmail.com

Ottawa, ce 5 octobre 2018

 

Eddy Cavé

PRÉSENTATION DU PROJET

 

Comme le suggère leur titre, les Dialogues imaginairessont un outil de sensibilisation qui se situe à mi-chemin entre la fiction et la réalité. Entre un produit de mon imagination, celle de l’auteur de De mémoire de Jérémien,  et l’évocation de souvenirs gravés dans ma mémoire de passant attentif à tous les bruits de la rue et de la foule.

 

Le texte porte aussi la marque de deux œuvres qui m’ont grandement influencé pendant mes années d’université : les Plaidoyers chimériquesde l’illustre avocat et académicien français Maurice Garçon, décédé en 1967,  et le  Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu du journaliste et polémiste Maurice Joly qui a mis fin à ses jours en 1878 après avoir perdu tous ses combats.

 

Les Plaidoyers chimériquessont un exercice de divertissement au cours duquel Maurice Garçon plaide devant des jurys imaginaires la cause de célèbres personnages de théâtre accusés de meurtre  ou de complicité de meurtre. J’en retiens deux : Électre,  personnage de  la mythologie grecque immortalisé par Sophocle et qui donne un glaive à son frère Oreste et le porte à tuer leur propre mère, Clytemnestre.  Le deuxième exemple est Othello, personnage de Shakespeare qui tue son épouse par jalousie pour se rendre compte par la suite qu’elle lui était fidèle.

 

Le Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu est d’un tout autre genre. C’est plutôt un pamphlet politique qui, sous Napoléon III,  vaudra des années de prison à son auteur à cause de son contenu séditieux. Joly y oppose, dans un duel virulent, ces deux penseurs aux idées diamétralement opposées sur tous les sujets, la démocratie, la tyrannie, la liberté de la presse, la légitimité du pouvoir politique, la corruption, etc.

 

En écrivant les Dialogues imaginaires, je n’ai  aucune prétention ou ambition  littéraire, mais l’objectif que je poursuis est tout aussi important. C’est celui  de mettre le savoir, la justice, le droit, la lecture en général à la portée de tous ceux et celles qui ont l’obligation de connaître quelque chose et qui sont disposés à apprendre. Qu’ils sont disposés également à faire l’effort nécessaire pour comprendre et retenir un texte d’importance capitale dans leur quotidien, Par exemple, une interdiction faite par la loi à un citoyen, le contenu d’un contrat de location d’automobiles ou de maisons, le code de la circulation.

 

Venons-en au fait. LesDialogues imaginairessont une sorte de page retrouvée que j’ai publiée en annexe de mon livre de 2014 intituléLe langage clair et simple, un passage obligé. Mon intention en les rédigeant en décembre 2007 n’était pas de jouer les censeurs en critiquant le français exagérément savant écrit en Haïti et en diaspora. Je voulais seulement dénoncer certaines conceptions malsaines observées chez nous dans  la communication parlée et écrite, tout en essayant de dérider mes lecteurs. 

 Pour des raisons de commodité, j’ai découpé le texte en cinq  parties que je voudrais publier au rythme d’une par semaine. De préférence le vendredi ou le samedi.  Ces textes paraîtraient dans au moins un grand quotidien et  un hebdomadaire haïtiens et dans les médias sociaux d’outre-mer qui appuient la démarche. Je pense  notamment à Haiti Connexion Culture; au Coin de Carl; au site www.berrouet-oriol.comde Robert Berrouët Oriol. Je pense aussi à deux sites européens

tenus par des proches : « Le Monde du Sud// Elsie News »  et «  Qui vient de loin (Ewur'osiga), le Blog d'Alfoncine N. Bouya ».

Parmi les partenaires associés au projet, il y a pour l’instant les Éditions du CIDIHCA, le Centre international pour la promotion du créole (KEPKAA),Mosaïque Interculturelle d’Ottawa, le trimestriel haïtien de France Pour Haïtiet un grand nombre de stations de radio haïtiennes.

But et étapes prévues du projet

Le but ultime du projet est de promouvoir le langage clair et simple non seulement en Haïti, au Canada et en France, mais dans toute la francophonie. Précisons tout de suite qu’il ne s’agit pas seulement ici d’une manière d’écrire, mais aussi et surtout d’une manière de penser et de voir le monde, comme celle qui sous-tend leplain language anglo-saxon.

Les étapes du projet

 

La première étape, qui va d’octobre à décembre 2018, consiste à sortir ce projet de mes oubliettes et de le relancer avec une bonne couverture médiatique. Si cette initiative parvient à déclencher un débat, contradictoire je le souhaite, nous avons de bonnes chances de succès. Je voudrais alors mettre la dernière main à un projet de Déclaration haïtienne sur l’adoption du langage clair et simple dans l’administration, la justice, le droit en général.

 

La deuxième étape, qui s’étendra sur l’année 2019, sera celle de la promotion du concept et de sa mise en œuvre  en Haïti et dans la diaspora. Il faudra alors établir des partenariats sur le terrain en vue de transformer notre déclaration en résolution. Nous aurons alors besoin du soutien actif d’un grand nombre d’associations professionnelles et d’organismes publics compétents en la matière. Dans les derniers mois de 2019, nous devrions être en mesure de proposer aux grandes organisations de la francophonie un projet de Résolution déclarant  2020 l’Année du langage clair et simple.

 

Mentionnons au passage qu’il ne s’agit pas ici d’un vœu pieux. Un seul exemple. Dans le domaine juridique, largement considéré comme le secteur le plus réfractaire à la simplification de la langue, la révolution du langage clair a commencé depuis près de 20 ans au Canada. J’ai moi-même, à titre de jurilinguiste contractuel du Conseil des tribunaux administratifs canadiens, adapté en français un guide de promotion du langage clair et simple (2005) et une initiation à la justice administrative et  au langage clair (2007).

                            

    Disponibles sans frais en PDF à : www.ccat-ctac.org/view.asp?ccid=491

               

De son côté, le Barreau du Québec a affirmé avec force, dès 2010, son opinion sur le sujet dans une brochure gratuite  intitulée  Le langage clair : un outil indispensable à l’avocat,  dont il fait encore inlassablement la promotion.

 

La troisième étape, qui devrait commencer en 2020, sera celle de l’expansion à l’échelle de la francophonie. Il faudra alors tisser des alliances dans les régions les plus conservatrices et les plus hostiles au changement et se mettre à rêver… En couleur, cette fois-ci, s’il vous plaît!

 

Eddy Cavé,

Auteur, promoteur du langage clair et simple

 


06/11/2018
0 Poster un commentaire

Note de lecture par Nkul Beti: « La France et ses tirailleurs » : les héros oubliés !

Charles Onana est l’auteur de cet ouvrage publié, en 2003, aux éditions Duboiris. La trame de l’enquête de ce journaliste d’investigation, est de rétablir l’histoire.

 

10 Mai 1940.La « Wehrmacht »(armée de l’Allemagne nazie) attaque la France et «  déclenche une offensive militaire de grande envergure sur tout le territoire national ». L’ambition des troupes hitlériennes, est de soumettre toute l’Europe et de construire la grande Allemagne. Dans l’incapacité de tenir tête aux allemands, les vichystes entreprennent de capituler. En revanche, les gaullistes sont optimistes. Ils entendent combattre l’ennemi. Mais face à la crise en ressources humaines, ils sont contraints de se tourner vers l’Afrique. En fait, « De Gaulle constatant qu’il ne pouvait pas recruter massivement sur le territoire français, s’est alors tourné vers les villes et les villages africains ».L’Afrique deviendra donc le quartier général des opérations de la résistance et de la libération de la France. Des tirailleurs « français » venant d’Afrique noire et du Maghreb seront recrutés et défendront l’empire colonial. Nonobstant leur implication dans la libération de la France lors de la seconde guerre mondiale, les tirailleurs seront méconnus par les français et l’histoire. 

 

Le «  scandale de Thiaroye »a du mal à être oublié. Les pensions des tirailleurs ont été embrouillées et cristallisées. Charles Onana s’insurge contre cette injustice criante. Il rétablit l’histoire à la lumière des preuves irréfutables : archives et correspondances. L’enquêteur revendique la reconnaissance et l’indemnisation des tirailleurs. Il crie également haro sur la France, qui a brillé par sa capacité à écrire l’ «… histoire de façon sélective… » et«  … à coups de gomme et de ratures ». Ladite technique d’écriture a égaré des générations entières. Sa déconstruction s’impose.

 

Le présent ouvrage est à la fois, un plaidoyer et un réquisitoire. Il clame la réhabilitation des héros ignorés et réprime l’ingratitude qui leur a été servie. À demi-mots, l’ouverture des documents relatifs à l’histoire de la résistance et de la libération de la France, jouerait un rôle important dans l’exhumation de la vraie histoire et l’inhumation de la philosophie du dédain, qui qualifie l’africain de : spectateur de l’histoire.

                                                                                                                            Par Nkul Beti.

 


16/06/2018
0 Poster un commentaire