Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Extrait de "La boue à grande coulée" , une nouvelle de Henri Nkoumo

 

C’était une après-midi pas tranquille. Un enfoiré déguenillé, courbé par le poids d’une vie d’adulte à peine entamée, lui était tombé dessus. Le quidam avait surgi avec sa boue immonde. Avant son arrivée, il y avait eu une dispute à deux voix. L’homme était accusé d’offrir du bonheur à une minette à la tenue honteuse vivant dans les parages. Il n’en pouvait plus d’écouter ces sornettes. Il ne voulait point lever la main sur la femme. Il est sorti, le pas pressé, sans refermer la porte. Il y avait de la colère dans sa marche. La femme avait l’insulte fumante plein la bouche. Elle maudissait sa liaison avec ce coureur incurable. Elle maudissait sa présence aux côtés de cet homme toujours fauché. Elle menaçait de régler au pilon le différend avec cette minette pleine de boue qui était incapable de se laver les dessous. Elle s’essoufflait à parler. Elle avait une soif furieuse. Sa main s’est alors enfoncée dans la cave. Elle devait se désaltérer avec empressement. Elle entendait faire crever et sa soif et sa peine. Elle eut de violents gestes d’oubli. Très vite, sa bouche est devenue une machine à mouiller partout. C’est dans d’énormes bruits qu’elle vida l’excès de boisson qui l’habitait.

Le quidam planta les pieds dans le studio. La femme était là, comme abandonnée. Elle était cousue au sommeil. Son pagne s’était dénoué. Les cuisses entrouvertes et les seins roulés étaient livrés à ses fortes envies. Les formes aimées se découvraient sous la poésie d’un soleil couchant qui comptait enfermer la ville dans la nuit douce…

Quand tout fut fini, elle constata la présence au plus profond d’elle d’une boue à grande échelle. Elle avait des plaies aux mauvais endroits. Elle fut conduite dans la clinique de bois branlants la plus proche. Trois mois d’incapacité de travail, a écrit l’homme qui avait une tenue de toubib. Elle mit les pieds au commissariat. Quelques voisins prirent la parole. Ils avaient vu un quidam sortir de chez elle par une porte dérobée. Il avait une tronche qu’on ne peut oublier. Ils ont engagé avec lui une course –poursuite. Le quidam s’était donné des jambes d’athlètes trop puissantes. Il a disparu dans l’immensité du monde.

 

 

Henri Nkoumo est écrivain, critique littéraire et des arts; il es actuellement Directeur du livre et de la lecture au Ministère de la Culture et de la Francophonie.  

 



05/02/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 384 autres membres