Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Qui vient de loin (Ewur'osiga). Le Blog d'Alfoncine N. Bouya

Le Président Jojo sous le Microscope de la Fontaine: un texte d'Eddy Cavé

LE PRÉSIDENT JOJO SOUS LE MICROSCOPE DE LA FONTAINE (Première partie)

Par Eddy Cavé eddycave@hotmail.com

Ottawa, le dimanche 3 février 2019

 

Dans notre beau pays d’Haïti Thomas, où « l’impossible est possible et le possible,impossible » et où « les gens marchent la tête en bas », l’affabulation présente un attrait presque irrésistible pour quiconque essaie d’en raconter certaines tranches d’histoire. Ésope et, dans son sillage, La Fontaine y ont eu recours pour peindre les mœurs de leurtemps, tout en divertissant leurs concitoyens. Un procédé qui permet de raconter enbadinant une présidence chaotique et menacée de toutes parts d’effondrement.

 

page1image28208096

Tout portait à penser, dès la proclamation des résultats des élections de 2016, que le jeune président avait appris les fables de La Fontaine et qu’il allait au moins en prendreles maximes comme boussole. Mais encore eût-il fallu les appliquer à la lettre et à bon escient!

 

Le lièvre et la tortue

 

De toute évidence, une de ses premières déclarations de président nouvellement élus’inspirait de la maxime de la fable du lièvre et de la tortue : « Rien ne sert de courir, ilfaut partir à temps.» Ainsi, Jojo n’avait pas encore prêté serment comme président qu’il effectuait un départ en trombe dans cette course d’obstacles. Pas seulement à temps,mais avant le temps, en faisant cette la déclaration fracassante : « Le carnaval national aura lieu aux Cayes. Point barre. » Le président avait parlé. Déclaration claire et simple àmon goût, mais annonciatrice d’un type de leadership pour le moins inquiétant !

 

Ainsi, le nouveau maître des lieux s’installait à la fois dans la peau de l’éléphant qui écrase tout sur son passage et du lion qui fait la loi, l’applique à sa manière et règne en maître absolu.

Au grand dam d’une opposition morcelée, épuisée par une campagne électorale de plus d’un an et endormie par le délai de grâce des 100 premiers jours, Jojo se mit à marquerdes points : réussite spectaculaire du carnaval national des Cayes; caravanes del’espoir(et du désespoir) dans le Sud, et l’ Artibonite; révélations tapageuses sur les prixde l’asphalte et ses miracles de magicien au service de la Patrie commune; promesses inconsidérées faites avec l’assurance d’un chef d’État qui n’a pourtant pas les moyensfinanciers de ses politiques. On découvrira plus tard que, tout en suivant les préceptes de La Fontaine, Jojo appliquait une consigne prêtée à Voltaire par un adversaire peu scrupuleux : « Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose. » Soit dit en passant,Voltaire n’a jamais prêché pareille ineptie.

page2image28182768

 

 

Dans la foulée des promesses d’argent dans les poches du citoyen, de nourriture dans toutes les assiettes et d’emplois pour tous, Jojo lancera aussi le slogan Elektrisite nan 24 mwa qui est en train de lui éclater au visage en ce début de février 2019.

 

Le corbeau et le renard

 

Dans l’euphorie du carnaval national des Cayes et du concert de louanges qui accueille lecouple Jojo-Titinne au Palais national, le président oublie très vite la leçon de la fable du corbeau et du renard : « Tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute ». Aussi distribue-t-il à tour de bras les largesses du pouvoir aux « hypocrites caressants » quil’encensent sur tous les tons à longueur de journée. Les grands bénéficiaires sont ceux etcelles qui chantent le plus fort et se rasent et se cirent le crane le plus souvent possible enguise de serment d’allégeance.

Les contrats juteux pleuvent alors sur l’oligarchie qui a financé sa très coûteuse campagne électorale et qui attend à bon droit les retours d’ascenseur. Adulé par ce beau monde du milieu des affaires, l’ami Jojo flotte sur un nuage.

page3image27810096page3image21565760

 

 Il sillonne le pays à la tête de sacaravane, concentrant entre ses mains les fonctions d’un premier ministre invisible et des ministres introuvables des Travaux publics, de l’Agriculture, etc. La réussite est totale, lebonheur parfait! Mais personne ne voit que les prix montent, que la gourde coule et que le marasme s’installe insidieusement. Un seul refrain :

« Que vous êtes joli! Que vous me semblez beau!»

Amateur de formules simplistes, Jojo oublie toutefois celle-ci : « Qui trop embrasse mal étreint. » Il accumule ainsi gaffe sur gaffe en un temps record : constructions demauvaises routes sans études préalables; improvisations dangereuses dans l’agricultureavec la promesse de création de dix zones de production; nominations partisanes dans tous les secteurs, diplomatie comprise; projet de téléphérique dans le Nord; gestion catastrophique du budget dont le déficit croissant entraîne la gourde dans un trou sans fond. Jojo se bat sur tous les fronts et adore les bains de foule dont les inaugurations les plus insignifiantes lui donnent l’occasion.

 

Le loup et l’agneau

 

Jojo avait appris en mémorisant Le loup et l’agneau que la raison du plus fort est toujours lameilleure. Comme il n’a jamais oublié cette maxime qui fait le bonheur des puissants de cemonde, il fonce tête première dans l’exercice solitaire du pouvoir et dans une prise dedécision autocratique et complètement aberrante. La griserie du pouvoir aidant, il oublie très vite qu’il a été propulsé au pouvoir sans préparation adéquate et il ne fait aucun effort pours’initier à la pratique de la délégation.

page4image27818000

 

 Il sait qu’il est le plus fort et que tout ce qui est bonpour lui est bon pour son entourage et pour le pays.

Chaussé de ses solides, mais peu esthétiques, bottes de construction, il se fait en outre bon papa, stratège, tacticien, gestionnaire, directeur de chantier et occupe à lui seul tout l’espace médiatique. Ce faisant, il s’entoure d’une armée de courtisans qui applaudissent à tout rompre à ses initiatives les plus saugrenues. Une seule promesse mirobolante manque à son programme de gouvernement : la création de murs à la Trump entre les zones de non-droit et les beaux quartiers de sa capitale bidonvillisée. Bravo Jojo, clament à l’unisson les courtisans accourus de toutes parts! Bali bwa, chofè!

 

Dans un premier temps, Jojo, le plus fort parmi les forts, est gratifié de tous les honneurs, mais quand, au bout de quatorze mois de mauvaise gestion, les émeutes éclatent, il estcontraint de congédier son premier ministre et d’écarter, du moins officiellement, certains proches devenus trop encombrants. En ce début de 2019, les manifestations de rues ont gagné en importance et inquiètent de plus en plus. Dans le dialogue de sourds qui commence, la rue devient l’interlocuteur le plus fort, tandis que les changementsd’allégeance se multiplient.

page5image27919792

 

En hommage à la vérité, il faut toutefois dire qu’en rusé compère, il se voit aussi en renard.Admirateur silencieux de cette engeance sortie des fables de La Fontaine, il a, avec la complicité de Titine, leurré durant toute la campagne électorale les Gwo Soso, Anne-Valérie, Christine et autres grandes dames du PHTK. Une fois installé dans ce qui reste du Palais national, le terrible duo les écarte habilement de cette officine d’intrigues et il fait place nette pour les nouveaux invités au banquet du pouvoir.

 

Qu’il s’agisse des maîtres chanteurs et « parle-menteurs » Jacques le sauveur et Gracia Delta,de l’homme d’affaires Edo Zucchini, du tout-puissant shérif levantin ou de Micky lui-même, on observe maintenant que le vent a tourné. Et, avec lui, les girouettes accrochées au mât du navire. Le jeu de la chaise musicale a repris : Ôte-toi que je m’y mette! Pas surprenant que les deux anciens présidents du Sénat qui avaient appuyé Myrlande contre Micky en 2010 aientrepris leurs places dans les rangées de l’opposition. « La politique haïtienne est byzantine! », se plaisait à répéter le professeur et ex-président Leslie Manigat. Jojo est en train del’apprendre à ses dépens.

 

Le laboureur et ses enfants

 

Le laboureur mourant exhorte ici ses enfants à ne pas vendre la seule propriété qu’illeur lègue, car« un trésor est caché dedans ».

page6image27920208

 

La publication, fin janvier, du rapport de la Cour supérieure des comptes sur la dilapidation des fondsde Petro Caribe a remis sur le tapis le scandale d’Agitrans et donné une nouvelle vie à cette fable de La Fontaine. Autrement dit, de l’abandon des installations de la gigantesque exploitation agricole qui a propulsé Jojo sur la scène nationale en 2015-2016. Après avoir coûté plus de 6 millions de dollars aux contribuables du pays et servi de rampe de lancement de Jojo au timon des affaires, Agitrans a simplement été fermée et sa plantation de bananes, abandonnée à elle-même.

 

La seule opération d’exportation connue de cette arnaque est un trompe-l’œil qui finalementn’a trompé personne : l’embarquement de quelques caisses de bananes pour l’Allemagne surun convoyeur pratiquement vide. Et la vie a repris son cours dans ce pays où les scandales ont la réputation de durer 17 jours, soit deux semaines et un week-end additionnel.

 

Dans un article publié dans l’édition du 20 mars 2017 du Nouvelliste, l’auteur Patrick Saint-Pré offrait des funérailles de première classe à Agitrans :

page7image27944496page7image21564800

La spectaculaire expédition de bananes de 2015. Crédit photo : Le Nouvelliste

 

« Du projet officiellement lancé en grande pompe en octobre 2014 dans le département du Nord-Est, il ne reste qu’un véritable champ de ruines surveillé de près par des gardiens sur le qui-vive empêchant les journalistes [...] de visiter, de filmer ou de photographier la plantation.[...] »

 

Enfonçant le dernier clou dans le cercueil de l’entreprise défunte, l’auteur ajoutait :

Si Jojo avait appris la fable du laboureur et de ses enfants et s’en était souvenu, il auraittout fait pour sauver la bananeraie. Il aurait retenu surtout que, les héritiers n’ayant pas trouvé le trésor prétendument enfoui dans le terrain légué par leur père et qu’ilspassèrent une année complète à labourer, il était tout à fait logique et très rentable del’ensemencer et de récolter.

 

« Quoi de plus simple, Eddy, me répondent tous les jours les gens quej’interroge sur ce sujet et qui prétendent détenir la clé de l’énigme? L’objectif du projet n’était pas de faire d’Haïti un grand exportateur de bananes biologiques. C’était de propulser Jojo la banane à la présidence, et cet objectif a été atteint. »

En gestion de projet, m’explique-t-on, comme si je venais d’une autre planète, laréalisation d’un projet ne va pas au-delà de l’atteinte de ses objectifs. Point barre!

 

 

FIN DE LA PREMIÈRE PARTIE

page8image21512960

« Le spectacle de ce vendredi 17 mars dernier est sinistre, avec des bouts de tuyaux cassés du système d’irrigation qui pendent, des vaches qui broutent allègrement une bonne partie de la terre remuée.»

page8image27838912

La plantation abandonnée en 2017 pour des raisons non dévoilées. Crédit photo : Le Nouvelliste

 

 

Eddy Cavé, Ottawa, Canada.

 



25/02/2019
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 400 autres membres